Algérie, pétrole et migrations

2 Fév 2018 Actualités

La crise que traverse aujourd'hui l'Algérie est plus grave que celle de 1986, quand l'effondrement du prix du pétrole avait failli emporter le pays. En trente ans, rien n'a été fait pour diversifier l'économie et la nomenklatura a continué de se servir.

 Mais alors qu'en 1986 les réserves pétrolières algériennes étaient encore immenses, aujourd'hui les nappes sont en voie d'épuisement ; quant au FRR (Fonds de régulation des recettes), la réserve ultime de l'État, comme il n'est plus alimenté par les recettes pétrolières, il sera prochainement épuisé.

La politique d'assistanat d'État ne pourra alors plus être suivie et, dans ces conditions, comment calmer la fureur de la rue ? Or, si le pays explosait, la Méditerranée occidentale serait embrasée ainsi que tout le Maghreb et le Sahel. Sans parler des conséquences migratoires pour la France.

 

La faute à Rousseau (1er juillet 2017)

Sous le regard expert de Bernard Lugan

Nos abonnements

Abonnement ordinaire

Édition papier. Recevez la revue par voie postale au format papier.

1 an (6 numéros)
à partir de 55 €

Abonnement Internet

Édition numérique. Téléchargez la revue au format PDF.

1 an (6 numéros)
30 €

Abonnement Complet

Édition numérique et édition papier.

1 an (6 numéros)
à partir de 65 €

S'inscrire

À notre lettre